Bourgogne-Franche-Comté : Création du collectif régional anti-éoliennes ACBFC

Un collectif ACBFC : (Association du Collectif Bourgogne Franche-Comté) est né de la fusion des associations bourguignonnes et franc-comtoises.

Une soixantaine d’associations de Bourgogne et de Franche-Comté se sont réunies dans un collectif baptisé ACBFC.

Publié le 27/09/2016 à 12:07, mis à jour le 27/09/2016 à 12:33

© Jérémy Paquet – Licence CC by Flickr

 « Notre région est l’une des moins ventées de France », déclare Michel de Broissia, président d’ACBFC. Le collectif veut « peser de tout son poids » dans la politique qu’il juge « absurde » de déploiement de parcs éoliens.
Ce collectif est composé d’associations (une quarantaine en Bourgogne et une vingtaine en Franche-Comté) qui œuvrent pour la défense de l’environnement, du patrimoine, du paysage et des habitants.

« L’éolien s’avère peu rentable, cher, inopérant face au chômage », estime Michel de Broissia. Les éoliennes sont aussi une « source de pollution sonore audible, inaudible (infrasons) et lumineuse ».
Enfin, l’éolien « contribue paradoxalement, à une augmentation des rejets de CO2 », dit le président d’ACBFC. Le « caractère intermittent et aléatoire » de l’éolien « impose la mise en service en parallèle d’autres unités de production électrique », assure Michel de Broissia. Le collectif ACBFC estime que les « campagnes sont abandonnées à l’appétit des sociétés privées ce qui engendre, entre autres, une dégradation du climat social et une altération des paysages ».
Le collectif régional anti-éoliennes demande qu’un « véritable débat » ait lieu en Bourgogne Franche-Comté.
« Contrairement à ce que notre personnel politique veut faire croire, il n’existe pas de consensus en faveur de l’éolien, loin de là », affirment les représentants d’ACBFC.